Cap sur la banquise à bord du Commandant Charcot, le premier navire de haute exploration polaire

Il y a 2 semaines 51
Le Commandant Charcot mouille dans le fjord Homsund sur le Spitzberg. À droite, un zodiac d'excursion. Olivier Coret AccueilVoyageInspiration

EXCLUSIF - Battant pavillon français, armé par la compagnie Ponant, il entrera en service cet automne. Doté de laboratoires, Le Commandant Charcot accueillera des scientifiques à son bord et une hôtellerie de grand luxe. Nos reporters ont assisté à sa première sortie dans le Grand Nord.

Par Jean-Marc Gonin (texte) et Olivier Coret (photos)

Publié hier à 22:00, Mis à jour il y a 1 minute

Posées sur les poignées noires en forme de demi-lune, les mains du commandant Garcia se crispent. L'officier hésite à pousser les curseurs qui libèrent la puissance du navire. Le Commandant Charcot appareille pour la première fois. Il s'écarte lentement du quai du chantier naval de Tomrefjord, en Norvège.

À lire aussiUn navire hybride de la compagnie du Ponant atteint le pôle Nord géographique

Malgré plusieurs décennies d'expérience, dont 16 ans à la barre des bâtiments de la compagnie Ponant, Étienne Garcia est tendu. Depuis la passerelle, il scrute les obstacles : une cale sèche et une barge amarrée sur son flanc. Il a beau avoir navigué auparavant avec les techniciens du chantier naval norvégien Vard – qui a construit Le Commandant Charcot –, c'est la première fois qu'il le manœuvre seul. Et les ingénieurs du bord lui ont dit que la puissance des batteries suffirait pour ce premier départ. Il n'est pas rassuré : le ronronnement ­familier des machines lui manque.

À la passerelle, la tension ressemble à celle qui étreint les responsables de la Nasa à Houston au décollage

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Cap sur la banquise à bord du Commandant Charcot, le premier navire de haute exploration polaire

S'ABONNER

S'abonner

Lire la Suite de l'Article