Patrimoine : les maisons à pans de bois de Troyes retrouvent des couleurs

Il y a 4 semaines 70
Faits diversÎle-de-France & OiseParisEssonneHauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-d'OiseVal-de-MarneSeine-et-MarneYvelinesOiseTransports IDFPSGSportsLigue 1 Uber EatsFootballRugbyCyclismeTennisJeux olympiquesHippismePolitiquePrésidentielleÉlectionsPouvoir d'achatImmobilierEnvironnementÉconomieEmploiEntreprises & start-upRetraitesImpôts ConsommationAutomobileEnquêteSociétéSantéSciencesMétéoHigh techSentinellesIntimeInternationalCulture & loisirsSorties IDF & OiseCinémaSériesTélévision & médiasLivresMusiqueEn régionCalvadosCharente-MaritimeEureEure-et-LoirHaute-GaronneLoiretMarnePyrénées-OrientalesSeine-MaritimeBien mangerLe Parisien ÉtudiantNewslettersPodcastsVidéosBiclouFood-checkingAnnoncesAnnonces immobilièresOffres d’emploiAvis de décèsAnnonces légalesMarchés publicsDéposer une annonceServicesNos applicationsLe Parisien Le GuideComparateursJeuxCodes promoTéléchargementsBilletterieProgramme TVEnchères publiques

Pour fêter la fin du périmètre de 10 km, chaque semaine, nous vous présentons une idée d’escapade à moins de deux heures de Paris. Aujourd’hui, direction la capitale européenne du vitrail et des maisons à pans de bois du XVIe siècle. Restaurées, elles ont retrouvé leurs teintes pastels d’antan.

A Troyes (Aube) où leur densité est la plus forte de France, on les appelle maisons à pans de bois, mais de Deauville à Colmar elles sont connues sous le nom de maisons à colombages. LP/Philippe Lavieille

A Troyes (Aube) où leur densité est la plus forte de France, on les appelle maisons à pans de bois, mais de Deauville à Colmar elles sont connues sous le nom de maisons à colombages. LP/Philippe Lavieille 
Lire la Suite de l'Article